Des soignants de toute la région se mobilisent

Relais pour la Vie : c’est reparti pour un tour ! Ou plutôt des milliers de tours de piste pour les membres des équipes, qui se relaieront tout au long d’un week-end afin de montrer leur solidarité aux Battants et récolter des fonds pour la recherche. Parmi eux, des soignants qui côtoient les patients chaque jour à l’hôpital et souhaitent aussi être présents pour cet événement incontournable. Comme nous le raconte le docteur Vincent Remouchamps radiothérapeute oncologue et coordinateur de la Clinique du sein du CHU de Namur – Sainte-Elisabeth.

Pourquoi le personnel du CHU s’implique-t-il dans le Relais pour la Vie de Namur ?

Dr Remouchamps : « En fait, ce sont tous les soignants de la région qui s'impliquent. L'an dernier, les infirmières coordinatrices des différents sites ont énormément collaboré pour animer la tente, préparer des activités, gérer les T-shirts... Il faisait déjà froid en septembre mais l’ambiance était chaleureuse. »

N’est-ce pas pour vous « un week-end de plus à consacrer au travail » ?

« Il est vrai qu’entre les séminaires, les formations et les événements caritatifs qui se multiplient, nous sommes sollicités de toute part, mais il est important que nous participions. Au Relais, certains collègues ont couru et marché pendant la nuit. D’autres ont plutôt ‘fait acte de présence’, mais au sens positif de terme : pour montrer aux patients et aux bénévoles que nous les soutenons. Nous avons une collaboration de longue date avec la Fondation contre le Cancer donc nous allons toujours continuer à la soutenir. Le Relais pour la Vie poursuit un objectif capital : récolter des fonds pour la recherche. C’est d’autant plus fondamental dans le contexte belge, où le financement public est vraiment insuffisant. Mais en plus de cela, le Relais permet de témoigner sa solidarité aux patients, il encourage la communication et donne une place à l’entourage. Y compris aux Collègues, voisins, amis ou copains un peu plus éloignés... ceux qui n’osent pas téléphoner tout le temps, ont peur d’envahir la personne alors qu’elle est en chimio. Ce genre d’événement leur permet de montrer qu’ils sont là de manière ouverte, sans déranger, et d’y ajouter une convivialité. Je trouve que cela apporte énormément pour ces ‘proches moins proches’, et bien sûr aussi aux patients. »

Gardez-vous un souvenir particulier du Relais pour la Vie de Namur 2016 ?

« Cette année, une patiente et moi avons été invités à nous exprimer sur une radio locale avant l’événement. Utiliser des témoignages est une excellente idée. C’est très émouvant à la fois pour les patients qui peuvent s’exprimer et pour les soignants qui ont un éclairage différent du vécu des patients. Un témoignage apporte une plus-value humaine qui mérite d’être encore développée. Car si l’on veut être enthousiaste et festif, c’est important aussi de se recentrer sur le vécu de la maladie, qui reste toujours une épreuve. »

INTERVIEW : LUDIVINE TELLER

Aidez-nous dans notre mission : partagez cette page avec vos amis et votre famille !