Témoignage: Prof. Johan Swinnen

Mon père avait 67 ans quand on lui a diagnostiqué un cancer de la prostate. Un an plus tard, il nous quittait. Vous ne pouvez pas imaginer la frustration que l’on ressent en tant que chercheur. Toute notre vie est consacrée à la recherche de meilleurs traitements. Et puis le cancer touche un proche, et vous ne pouvez rien faire pour lui.  Je dois l’admettre: je me suis senti vaincu. Ce sentiment a pourtant vite laissé place à une énergie retrouvée, à un désir de travailler encore plus dur qu’avant.

Pieter swinnen

Et puis la maladie a frappé à nouveau à notre porte : Pieter, mon plus jeune fils. À 13 ans, c’était déjà un beau garçon. Il tient ça de sa mère. Meilleur élève de la classe, champion de tennis. Et puis le diagnostic : médulloblastome – un cancer du cerveau – à un stade très avancé. La tumeur s’était déjà étendue dans plusieurs endroits du cerveau et de la moelle épinière. Il a dû suivre des traitements très lourds : chirurgie, chimiothérapie et radiothérapie. Il a perdu ses cheveux, a dû être nourri par sonde pendant plus d’un an et s’est retrouvé en chaise roulante.

pieter swinnen

Malgré tout, nous sommes heureux car contre toute attente, il est toujours auprès de nous. Et cela, nous le devons aux progrès de la recherche contre le cancer ainsi qu’aux excellents traitements et à l’accompagnement dont il a bénéficié. Mais il n’est plus le même Pieter qu’avant, et il ne le redeviendra jamais.

Je pense que son cas illustre dramatiquement l’énorme évolution de la recherche et des soins en oncologie, mais aussi le très long chemin encore à parcourir. C’est pour cela que mon travail et celui de tous mes collègues est si important. Mais nous ne trouverons pas la solution seuls. Il faut que toute la population s’investisse dans cette lutte, pour sensibiliser et encourager la prévention, pour récolter les indispensables fonds, et pour aider à accompagner les patients et leurs familles.

Et c’est exactement les missions de la Fondation contre le Cancer ! Cela explique pourquoi ces valeurs et ces objectifs sont tant mis en avant dans le cadre de Relais pour la Vie. En avril 2014, la Fondation a organisé pour la première fois un Relais à Leuven, et nous avons décidé d’y participer. Nous avons créé notre équipe, la « Team Pieter ». J’ai endossé le rôle de capitaine, et Pieter s’est inscrit comme Battant. Presque chaque jour durant les mois qui ont précédé l’événement, Pieter suivait sur le site internet l’évolution des inscriptions dans notre équipe.

Au final, pas moins de 64 personnes nous ont rejoints ! Il y avait une importante délégation de son école avec des professeurs et des camarades de classe, des amis du club de tennis, d’autres patients, des collègues et membres de mon labo, ou encore des membres du personnel soignant et de la clinique. Nous avions notre propre tente, très confortable. Durant 24 heures, il y avait en permanence au moins une personne de notre équipe sur la piste.
 Pieter a attendu l’événement avec impatience. Il s’est fait une promesse, celle de marcher un tour sur ses propres jambes, et il l’a fait ! Il s’est levé de sa chaise roulante et, avec l’aide de ses amis, il a marché l’entièreté des 300 mètres du parcours. Vous auriez dû voir le sourire sur son visage, sa fierté… Rien que pour ce sourire, tout l’événement en valait la peine.

Pieter swinnen

Lorsque la nuit est tombée, la Cérémonie des bougies a eu lieu. Elle permet de rendre hommage à celles et ceux que la maladie a emportés. Ce sont littéralement des milliers de bougies qui sont allumées tout au long du parcours. Nous avons aussi allumé une bougie et écrit un mot en mémoire de mon père, emporté par un cancer de la prostate. Ce fut un moment très fort en émotions.
Mais c’est l’atmosphère de célébration qui m’a le plus frappé durant ce Relais pour la Vie. Célébration de l’espoir, célébration de la vie. Ensemble, nous sommes parvenus à faire d’une maladie aussi horrible que le cancer quelque chose de magnifique. Je ne sais toujours pas comment nous y sommes parvenus, mais je suis certain que nous le ferons à nouveau lors de la prochaine édition.
Pieter décompte déjà les jours, et j’espère que vous suivrez notre exemple en prenant part à l’un des nombreux Relais pour la Vie organisés par la Fondation dans tout le pays. C’est seulement en se battant ensemble que nous pouvons gagner la guerre face au cancer, et donner l’espoir d’un avenir heureux à Pieter et à tous les autres patients.
 

Aidez-nous dans notre mission : partagez cette page avec vos amis et votre famille !